Une équipe de pros

Support médical

Professionnel

Notre équipe est composée d’opticiens professionels diplomés.

Nos conseils

Une question ?

Nous vous rappelons gratuitement

LA MYOPIE :

L’œil myope est trop long ou trop puissant, soit parce que le globe oculaire lui-même est trop long, soit parce que la cornée est trop incurvée. La lumière est alors focalisée en avant de la rétine, et non pas sur celle-ci.

La vision est floue de loin mais nette de près. La myopie est corrigée par des verres concaves, fins au centre et plus épais sur les bords ou des lentilles de contact.

L’HYPERMETROPIE :

L’œil hypermétrope est trop court ou pas assez puissant, en raison d’un globe oculaire lui-même trop court, ou d’une cornée trop plate. La lumière qui pénètre dans l’œil est alors focalisée derrière la rétine, et non pas sur celle-ci.

La vision de près est floue, celle de loin parfaitement nette.

Une personne souffrant d’une faible hypermétropie n’a pas forcément besoin de porter une correction car les muscles des yeux sont capables de compenser le problème physiologique.

Pour une hypermétropie plus forte, le port de verres convexes, plus épais au centre que sur les bords, ou de lentilles de contact s’avère nécessaire afin de retrouver une vision nette en permanence, sans effort d’accommodation.

L’ASTIGMATISME :

La cornée de l’œil astigmate est de forme ovale, au lieu d’être sphérique.

La vision est alors brouillée et déformée pour toutes les distances d’observation.

Les lignes horizontales, verticales et obliques ne sont pas perçues aussi nettement les unes que les autres.

L’astigmatisme est toujours associé à la myopie ou à l’hypermétropie.

Un très faible astigmatisme ne nécessite pas toujours le port d’une correction. Cependant, en cas de maux de tête et/ou de fatigue oculaire, une correction se révèle nécessaire pour contribuer à soulager ces désagréments.

L’astigmatisme doit être corrigé par le port de verres cylindriques ou de lentilles de contact.

LA PRESBYTIE :

La presbytie nous concerne tous. C’est une évolution naturelle de l’œil : avec l’âge, le cristallin durcit et perd de sa souplesse. La capacité d’accommodation du cristallin diminuant, la lumière qui pénètre dans l’œil n’est plus focalisée sur la rétine mais en arrière.

La vision de près devient alors floue.

Différents types de verres peuvent corriger la presbytie.

Les simples foyers n’interviennent que sur la vision de près.

Il est donc nécessaire, quand on opte pour ces verres, de posséder une, voire deux paires de lunettes, à utiliser selon les circonstances (lecture et conduite automobile par exemples).

Les verres à doubles foyers corrigent à la fois la vision de près et la vision de loin, mais ne restaurent pas une vision intermédiaire nette.

Les verres à profondeur de champs, eux, assurent une excellente vision de près et à mi-distance.

Ils sont parfaitement adaptés au travail sur écran par exemple, mais sont déconseillés pour la conduite automobile.

Enfin, les verres progressifs procurent une vision naturelle et nette quelle que soit la distance.

Il existe également des lentilles de contact progressives pour les personnes préférant se passer de lunettes.

A simple foyer, ce verre propose une correction identique sur toute sa surface. Corrigeant soit la vision de près, soit la vision de loin, il est préconisé pour les amétropies simples : myopie, hypermétropie ou astigmatisme.

Il peut également être utilisé par les presbytes, sur des montures pleines ou demi-lunes, pour retrouver une vision nette à une seule distance.

LE VERRE MI-DISTANCE :

Idéal pour le travail sur écran, le bricolage, la couture, la cuisine… et toutes les professions où les réunions sont fréquentes, ce verre permet de retrouver un champ de vision net dans une bulle de vision intermédiaire, sans aucune contrainte.

Ne corrigeant que la vision de près et à mi-distance, il est toutefois déconseillé pour la conduite automobile.

LE VERRE PROGRESSIF :

Destinés à corriger les presbytes, les verres progressifs leur procurent un réel confort : ils assurent une vision nette à toute distance, sans rupture optique ni esthétique. Grâce à ces verres, le presbyte n’a plus besoin aujourd’hui que d’une seule paire de lunettes pour voir de près comme de loin. Il peut la conserver toute la journée, ou la retirer quand bon lui semble si sa vue le permet. On peut trouver sur le marché 3 familles de verres progressifs : les progressifs traditionnels, les progressifs universels, et les progressifs individualisés.

Les progressifs traditionnels :

Quelle que soit la correction, ces verres conjuguent équilibre et confort tant en vision de près que de loin. Ils laissent cependant une plage de vision intermédiaire nette moins importante obligeant plus de mouvements de tête pour travailler sur le PC ou lire un journal ouvert.

Les progressifs universels :

Grâce à leur surface progressive régulière et douce, ces verres assurent aux presbytes un champ de vision élargi tant de près qu’en vision intermédiaire. Ils procurent une vision binoculaire équilibrée, permettant de réduire les mouvements de la tête et du corps pour travailler sur le PC, lire un journal ouvert ou encore conduire.

Les progressifs individualisés :

Issus des dernières technologies, ces verres offrent, en plus des avantages des progressifs de confort, un champ de vision élargi à toute distance, et une adaptation extrêmement rapide et facile. Les designs de ces verres ne cessent d’évoluer grâce à de nouvelles technologies d’individualisation qui permettent d’intégrer de plus en plus de paramètres propres au porteur et à sa monture afin de concevoir des verres sur mesure. Plus techniques, ces verres peuvent également s’adapter sur de petites montures.

L’ORGANIQUE : Pour le confort

En résine de synthèse, le verre organique est plus léger et résiste aux chocs.
Il supplante le verre minéral dans les pays développés.

L’ANTIREFLET HYDROPHOBE ANTISTATIQUE :

En évitant les effets de la réflexion de la lumière sur les verres, le traitement antireflet leur procure une transparence parfaite. Il améliore considérablement les performances de la vision, en réduisant notablement l’effet pervers de l’éblouissement. Les verres traités antireflet sont ainsi plus reposants, le confort visuel du porteur est accru. Enfin, les verres étant totalement transparents les lunettes sont plus esthétiques car plus discrètes. Pour limiter l’adhésion des salissures, l’antireflet hydrophobe et antistatique, qui facilite le nettoyage des verres.

LE VERNIS DURCISSEUR :

Déposé sur la surface des verres (hors verres minéraux), ce vernis les protège des mauvais traitements quotidiens. Les verres étant plus résistants aux rayures, leur durée de vie est prolongée.

LE VERRE AMINCI ET LEGER :

Il est aujourd’hui possible d’améliorer de 30 à 40% la minceur et la légèreté des verres ophtalmiques, quel que soit le défaut visuel du porteur. Equipées de verres amincis, les lunettes, plus légères, gagnent en confort et en esthétique.

COLORATION ET PROTECTION SOLAIRE :

Sous le soleil, une bonne protection s’impose pour préserver la santé des yeux. Dès le lever du jour, les risques planent : une simple promenade en ville sous un ciel dégagé expose les yeux aux dangers des rayons UV.

Mais attention : il ne suffit pas que les verres de lunettes soient foncés pour qu’ils protègent efficacement des UV.

Des verres simplement colorés provoquent même l’effet inverse : en supprimant l’éblouissement dû à la lumière, ils favorisent la dilatation de la pupille et laissent donc pénétrer largement les UV dans l’œil.

  • Pour préserver les yeux des attaques des UV, les verres doivent surtout posséder un pouvoir filtrant qui stoppe les rayons néfastes du soleil. Cette filtration des UV est soit contenue directement dans la matière du verre, soit ajoutée au verre par un traitement spécifique.
  • L’anti-UV, qui doit être de 100%.
  • La coloration du verre, qui protège contre l’éblouissement, est pour sa part classée selon 5 catégories, déterminant le degré de teinte. Les teintes traditionnelles, le gris, le brun et le vert sont les seules présentes dans les catégories 0 à 4, les catégories 3 et 4 garantissant une protection efficace. Les teintes plus mode comme le rose, le jaune ou le violet sont réservées aux solaires de ville, portées par faible ensoleillement. D’un porteur à l’autre, le choix de la tonalité du verre varie, et doit donc être fait avec un spécialiste ; La bonne tonalité est un réel élément de confort qui augmente la sensibilité aux contrastes.

VERRES PHOTOCHROMIQUES , VERRES POLARISANTS, TRAITEMENT ANTIREFLET :

Pour passer sans souci de l’intérieur à l’extérieur, les dernières générations de verres photochromiques sont idéales : verres « à tout faire », ils possèdent la faculté de passer très rapidement du clair au foncé et inversement, s’adaptant ainsi à tous les ensoleillements. Ils protègent à la fois de l’éblouissement et des UV.

Les verres polarisants, qui quant à eux éliminent les reflets parasites, ont l’avantage d’augmenter le confort de vision face à une surface réfléchissante telle l’eau et la neige… Ils sont très prisés des skieurs, des conducteurs automobiles et des amateurs de sport nautiques.

Enfin, un traitement antireflet face interne sur les verres solaires, en évitant tous les reflets venant de l’arrière, diminue l’éblouissement et améliore fortement le confort de vision.


AccueilAccueil

Achat en toute confiance

Témoignages client

Justine H.
"Lunettes de soleil D&G à prix super compétitifs, livrées en 3 jours... Excellent !"
Laura M.
"Livraison rapide, emballage soigné, service client super compétent... que demander de plus ?"

Donnez votre avis !